Maribia’s Blog

Just another WordPress.com weblog

La grippe et la changemnet climatique

(Nous avons déjà dépassé le seuil dangereux de concentration du gaz carbonique dans l’atmosphère », a déclaré James Hansen, directeur de l’Institut Goddard d’études spatiales de la NASA à New York, lors de la réunion annuelle de l’Institut américain des sciences biologiques (AIBS), qui s’est tenue à Arlington (Virginie) les 12 et 13 mai sur le thème du climat, de l’environnement et des maladies infectieuses.

Le climat et la grippe

Cet aspect du changement climatique présente également une menace pour la santé publique : inondations, vagues de chaleur et sécheresses provoquées par l’augmentation des températures, et perturbations au niveau des relations entre les insectes vecteurs de maladies et leurs hôtes.

Les maladies infectieuses émergentes sont, des infections nouvelles qui affectent une population ou des infections qui ont existé mais qui se propagent rapidement sur le plan de l’incidence et de la zone géographique. Des exemples de telles maladies sont le VIH/sida, le syndrome pulmonaire à hantavirus et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Les virus de la grippe, y compris ceux de la grippe aviaire, s’infiltrent facilement au sein des populations humaines. Mais malgré leurs apparitions régulières, on en sait si peu sur eux que les chercheurs ont du mal à prédire comment le changement climatique risque d’affecter la maladie. Les changements saisonniers sont l’une des inconnues.
Dans les tropiques, la situation est un peu plus compliquée, et certains affirment que la grippe y sévit toute l’année. Dans certaines régions, il semble y avoir deux périodes de pointe, à savoir la saison sèche et celle des pluies.

« Ce que nous considérons comme une maladie hivernale se porte très bien dans des conditions chaudes et humides. Ce ne sont donc pas le froid et la sécheresse de l’hiver qui facilitent la propagation de la grippe. Il y a autre chose. » Un climat global plus chaud pourrait modifier la nature des grippes saisonnières et affecter la propagation de la maladie dans le monde.

En ce qui concerne la grippe aviaire, le réchauffement climatique pourrait modifier les trajectoires des oiseaux migrateurs soupçonnés d’infecter les oiseaux domestiques avec le virus H5N1 très pathogène. De tels changements pourraient influencer les relations entre le gibier d’eau et la volaille ainsi qu’entre les éleveurs et la volaille, et avoir des répercussions sur l’exportation et l’importation de volailles dans le monde entier.

Publicités

avril 20, 2009 - Posted by | Uncategorized

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :