Maribia’s Blog

Just another WordPress.com weblog

L’eau d’Hopital

Consommation de l’eau : L’ hôpital est un grand consommateur d’eau, en effet par comparaison avec la consommation en milieu domestique dont la moyenne retenue par habitant et par jour est de 150 à 200 litres, pour les hôpitaux la valeur moyenne passe de 400 à 1200 litres par jour .

Se rajoute également à cette consommation d’eau de distribution publique, les eaux spéciales utilisées par l’hôpital (eau stérile par exemple).

Par conséquent, si les volumes d’eau entrant dans l’hôpital sont importants, les volumes rejetés dans le réseau d’assainissement publique le sont également ; ces rejets pouvant générer une pollution de l’environnement.

Les usages de l’eau à l’hôpital : Ils sont très variés : usage alimentaire,sanitaire, technique et thérapeutique…, et génèrent donc différents types d’effluents.

Pour avoir une première approche des effluents hospitaliers il est nécessaire tout d’abord d’identifier l’origine des rejets et de connaître ensuite les risques qu’ils peuvent générer.
I.2 ) Les différents rejets hospitaliers : On distingue deux catégories de rejet dans les établissements de santé :
– les rejets de nature domestique
– les rejets spécifiques aux hôpitaux
.2.1 ) Les rejets de nature domestique : Dans cette catégorie, on retrouve les rejets des cuisines, les rejets de produits détergents, les rejets des garages et ateliers, enfin ceux de la blanchisserie.
– Les rejets des cuisines :
La confection des repas pose principalement le problème de rejet d’eaux grasses. Celles-ci outre les problèmes de putréfaction qu’elles génèrent, provoquent des dépôts dans les canalisations et le colmatage du réseau d’assainissement.

.

I.2. 2 ) Les rejets de nature spécifique à l’hôpital : Ces rejets sont spécifiques d’une part de l’activité de soins concernant de nombreux services et d’autre part de l’activité de certain service.
I.2.2.1- Les rejets spécifiques communs aux différents services de soins :
On retrouve dans cette catégorie de rejet tout ce qui est relatif :
– aux produits désinfectants et antiseptiques
– aux rejets de germes pathogènes
– les eaux de cadavres larvées ou venant du cimetière
– aux médicaments
– aux métaux lourds (mercure).
b )-Les rejets contenant des éléments pathogènes

L’hôpital est un lieu où sont concentrés des personnes potentiellement porteuses de germes pathogènes et où peuvent se développer des infections nosocomiales. Il se pose alors la problématique de savoir si l’hôpital peut-être générateur d’une pollution bactériologique.

c )-Les rejets médicamenteux

Les médicaments utilisés dans les établissements de santé sont variés et représentent des quantités importantes. On peut citer à titre d’exemple, les analgésiques-les antipyrétiques, les antibiotiques – les antiviraux – les antifungiques, les immunodépresseurs et les anticancéreux.
b )-Les laboratoires d’analyses et la pharmacie :

Dans le cadre de leurs activités (travaux et analyses, nettoyage des appareils ), les laboratoires utilisent différents produits chimiques (solvants, acides, bases, produits radioactifs, des produits de rinçage…) et manipulent des liquides biologiques (sang, urines, selles, expectorations, cellules…) plus ou moins infectieux [3].
Ces produits présentent des dangers pour l’environnement et pour l’Homme rendant nécessaire des mesures particulières d’utilisation et d’élimination.
En considérant que la plupart des produits les plus dangereux sont en principe récupérés dans des containers, il n’en reste pas moins que la plupart des lavages et rinçages ainsi que certains liquides biologiques négatifs en culture sont évacués au réseau d’égout.
La pharmacie utilise également dans ses activités des produits chimiques dangereux pour l’environnement et la santé publique. Cependant, de part sa fonction de pharmacovigilance celle-ci est plus apte a évaluer les risques et par conséquent à prendre des mesures adaptées pour éviter ces risques de pollution.

I.3 ) Les risques présentés par les effluents hospitaliers
Après avoir recensés les différents effluents hospitaliers, il est possible maintenant de citer trois types de risques potentiels :
– un risque infectieux
– un risque toxique
– un risque radioactif

Publicités

mai 12, 2009 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire